lundi 9 juin 2014

#ChallengeAZ : H comme Histoire du siège de Paris en 1871

Souvenez-vous ! Quand je vous ai montré les Etats Généraux de Services de mon AAGP Jacques TAJASQUE, il était noté qu’il avait participé au 2e siège de Paris en 1871.


Jacques TAJASQUE
Vers 1900
Source : Archives familiales


Je me demandais de quelle façon l’armée avait fait appel à la marine lors de l’insurrection de Paris (et non les Prussiens comme je l’avais évoqué !)

Et bien j’ai une petite idée de ce qui s’est passé désormais grâce à plusieurs documents gardés par Jacques puis son fils Albert et sa petite-fille Yvette et que je vais vous faire découvrir aujourd’hui !

Figurez-vous que j’ai trouvé un rapport fait par mon ancêtre à propos de cette période !
C’est très instructif ! Et beaucoup plus amusant d’apprendre l’Histoire du siège de Paris en 1871 avec ses propres ancêtres !

Source : Archives familiales
cliquez sur le titre pour voir le document entier


Rapport remis à la suite des opérations
du 2e siège de Paris le 1er juin 1871

Commandant

J'ai l'honneur de
vous adresser les notes
demandées par dépêche
ministérielle sur le concours
donné par la 1ere batterie
d'obusiers de montagne ; dans
les diverses opérations qui
ont eu lieu à Paris
Envoyé à Versailles
le 20 avril 1871 comme lieutenant
d'une batterie d'obusiers ;
j'ai coopéré à l'armement
de la batterie de Montretout
et fait le service à cette
batterie ; depuis le jour

de l'ouverture du feu
jusqu'au 18 Mai, époque
à laquelle on a réellement
formé la batterie d'obusiers
1ere Cie Capt GOUILLARD et on
la envoyée aux tranchées.
Les 8 pièces étaient placées
dans la tranchées, et tiraient
en bombe sur les bastions
59, 60, jusqu'au bastion 65
(21 mai) à 6 heures du soir,
j'ai été dirigé sur Paris
par la porte Saint Cloud
avec 4 pièces pour appuyer
la division du général VERGÉ
qui n'avait pu encore faire
passer son artillerie sur
la passerelle installée à
la hâte. Et j'ai reçu l'ordre
de prendre position sans
une arche du viaduc du
chemin de fer pour
m'opposer à un retour offensif

des insurgés. J'avais une
compagnie de chasseurs
comme soutien
(22 mai) J'ai quitté ce poste
le lendemain à 5h pour
aller au Trocadéro rejoindre
mon capitaine entré à
paris dans la nuit par
la porte d'Auteuil avec
la 1ere section. Et la batterie
a été mise aux ordres
du Général DOUAY pour
la suite des opérations.
Suivi le mouvement
en avant des corps DOUAY
en passant par le rond
point de l'Etoile et venus
au boulevard Malesherbes.
Etabli vers les 3 heures
Deux pièces derrière l'Eglise
St Augustin et tiré sur
les barricades du boulevard
établies près de la
Madeleine.


(23 Mai) La batterie quitte
cette position et est envoyées
près de l'église de la Trinité. Deux pièces
sont établies aux deux tourelles
de l'église et deux autres
pièces dans la rue de la
chaussée d'Antin enfilant
les barricades des environs
de l'Opéra.
La 2e section est envoyée
dans la rue de Provence
où deux pièces tirent pendant
1 heures pour faire tomber
les barricades établies dans
cette rue. Le soir les deux
sections se rejoignent et
passent la nuit dans la
rue Laffitte.
(24 Mai) Etabli 4 pièces
sur le boulevard Lafayette
et tiré pendant plusieurs
heures dans cette rue sur
les nombreuses barricades
qu'il y avait . Reçu vers

4 heures l'ordre de nous
rendre à la mairie du
1er arrondissement où nous
avons passé la nuit.
(25 Mai) Restés en observation
au même poste à 4 heures
reçu l'ordre de nous rendre
à la caserne Napoléon
(26 Mai) Ordre de nous rendre
à la Bastille. Etabli une
pièce au 5e étage de la maison
qui fait l'angle de la place
de la Bastille et du boulevard
Saint Antoine ; 3 pièces
sur la place près de la
colonne et 4 pièces sur
la terrasse du chemin de
fer de Vincennes. Le tir de
toutes les pièces est dirigé
sur la Mairie du 11e arrondiss
ement et sur l'église Saint
Ambroise.
(27 Mai) Continue le feu
les mêmes points toute

la matinée. vers les 2 heures
établei la batterie derrière
une barricade construite par
nos troupes sur le boulevard
Richard Lenoir ; nous sommes
restés en observation toute
la journée pour nous opposer
à touot retour offensif des
insurgés
(28 Mai) Reçu l'ordre de
quitter le boulevard Richard Lenoir
et de venir à la place
Vendôme d'où nous sommes
partis 3 jours après pour
Villeneuve l'Etang, notre rôle
dans Paris étant terminé.

Je suis avec un profond respect
Commandant
votre très obéissant serviteur

TAJASQUE, enseigne de vaisseau
second de la 1ere batterie d'obusiers de montagne


Sur la première page, écrit à la vertical est noté :
Notes données à l'enseigne de vaisseau TAJASQUE à la fin des affaires de Paris
par le colonel Berge avec qui il avait opéré
Excellent officier aussi modeste que brave. Je le propose pour la croix
qu'il a mérité deux fois : la 1ere en sauvant un soldat blessé sous un feu
terrible au bastion 63. et la 2e pour sa bravoure au dessus de toutes éloges
dans la prise de 28 barricades où il a donné avec sa section d'artillerie.


Sa participation au siège de Paris fût remarquée et c’est ainsi que quelques mois plus tard, il fût inscrit d’office au Tableau d’avancement de son grade.

Lettre du Ministre de la Marine à Jacques TAJASQUE
14 juillet 1871
Source : Archives familiales

Ministère de la Marine et des Colonies
Direction du Personnel
Bureau de l'Etat major

Versailles le 14 juillet 1871

Monsieur Je vous annonce que par
une Décision du 14 juillet 1871 j'ai prononcé
votre inscription d'office sur le tableau
d'avancement de votre grade.
Vous devez cette récompense aux services
distingués que vous avez rendus pendant la
guerre aux batteries de Montretout.
Recevez Monsieur, l'assurance
de ma parfaite considération.
le vice Amiral


 Et environ un an plus tard, il fût promu Lieutenant de vaisseau.

Lettre du Ministre de la Marine à Jacques TAJASQUE
14 septembre 1872
Source : Archives familiales


Ministère de la Marine et des Colonies
Direction du Personnel
1er Bureau Etat major

Versailles le 14 septembre 1872

Monsieur , J'ai l'honneur
de vous annoncer que par un
Décret du Président de la République
rendu sur ma proposition le 9
septembre courant, vous avez été
promu au grade de lieutenant
de vaisseau.
J'ai mis de l'intérêt à
vous faire obtenir cette récompense
de vos services.
Recevez Monsieur,
l'assurance de ma considération
distinguée.
Le Vice-Amiral
Ministre de la Marine et des Colonies.


Pour terminer, je vous invite à lire cette note d’une quinzaine de pages trouvées avec les documents de famille intitulé : Concours apporté par la Marine pur la répression de l’Insurrection de Paris et que j’ai retrouvé par ailleurs sur Gallica.

C’est un extrait de la revue maritime et coloniale.

 Concours apporté par la Marine pour la répression de l’Insurrection de Paris
Source : Archives familiales






A demain pour le I…

9 commentaires:

  1. Merci Marine pour cet article très intéressant. J'ai des ancêtres qui ont vécu le siège de Paris "de l'intérieur" et je m'y suis intéressée afin de comprendre comment a pu être leur vie pendant ce siège, d'autant plus qu'il s'agissait d'un couple franco-prussien... Mais je ne connaissais pas bien le point de vue militaire sur ce siège.
    Merci pour le partage !
    Elise

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Marine,
    Quelques précisions sur le texte. Il s'agit du viaduc du chemin de "fer" (et non de feu), d'une compagnie de "chasseurs" et de batteries "enfilant" (prenant en enfilade) les barricades.
    C'est formidable de tomber sur un document comme celui-ci. L'histoire devient beaucoup plus concrète, tout à coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand Merci Dominique pour ton aide précieuse pour le déchiffrage de certains mots.
      J'ai enfin fait les corrections !

      Supprimer
  3. J'ajouterai qu'il s'agit plutôt de la Commune (dans le document, il est question des insurgés) que du siège de Paris : là, ce sont les Versaillais et non les Prussiens qui encerclent Paris, dont la population s'était soulevée.

    RépondreSupprimer
  4. j'adore, je me régale tous les jours et j'apprends bien des choses sur l'histoire....

    Tantine

    RépondreSupprimer
  5. Passionnant! Bravo Marine excellent billet !

    RépondreSupprimer
  6. Ce sont vraiment des documents passionnants. Quelle chance d'avoir de telles pièces.
    Dominique A mon avis, l'analyse de Dominique Chadal est correcte vu les éléments. La batterie tirant de Saint Augustin vers La Madeleine, il s'agit plutôt de la reprise de Paris par les Versaillais contre les insurgés.

    RépondreSupprimer
  7. Plus je lis tes billets, plus je suis honteusement jaloux de la richesse de tes archives.
    Il est sur qu'il est bine plus passionnant de découvrir l'histoire à travers ceux qui l'ont vécu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je mesure la chance que j'ai de posséder ces archives qui sont restées tellement longtemps dans les placards de ma grand-mère qu'elle en a très certainement oublié jusqu'à l'existence !
      Il a fallu malheureusement qu'elle nous quitte pour que je découvre ce trésor inespéré !

      Supprimer